Blogue

  • Les aides à la consommation : pourquoi y croit-on et nous aident-elles à mieux consommer ?*

    Dans bien des cas, consommer est difficile. Outils de travail, équipements de sport, services financiers, équipements domestiques, loisirs, nombreux sont les marchés où, pour faire preuve d’un minimum de raison, il faut consentir des efforts importants qui peuvent bien dépasser les ressources en temps et en patience du consommateur même le plus averti. Cette difficulté […]

    Lire la suite
  • Le Centre Social de Don Kişot : L’esthétique de l’inachevée III

    À la recherche d’une utopie urbaine, j’ouvre la boîte de Pandore des communautés intentionnelles, des modes de vie alternatifs, des squats et des villes imaginaires qui ont vu le jour au XXIe siècle. Mes déambulations entre livres, blogues de voyage alternatifs, documentaires me font découvrir des projets où l’impensable a été pensé, réalisé et a […]

    Lire la suite
  • La Ville Libre de Christiania. L’esthétique de l’inachevé II

    À la recherche d’une utopie urbaine, j’ouvre la boîte de Pandore des communautés intentionnelles, des modes de vie alternatifs, des squats et des villes imaginaires qui ont vu le jour au XXIe siècle. Mes déambulations entre livres, blogues de voyages alternatifs, documentaires me font découvrir des projets où l’impensable a été pensé, réalisé et a […]

    Lire la suite
  • Notes de terrain : la chasse à l’homme.

    * Série d’articles désinvolte aux origines scientifiques à la fois nébuleux-poétiques à la fois tortueux-philosophiques sur des artefacts du quotidien, des expériences esthétiques anodines, des histoires de réactions allergiques à la modernité. En hiver 2009, en préparant mon dossier d’admission au programme de doctorat, j’avais en tête l’hostilité des matériaux au corps humain dans nos espaces […]

    Lire la suite
  • Swimming Cities of Serennissima de Swoon. L’esthétique de l’inachevé 1

    * Série d’articles désinvolte aux origines scientifiques à la fois nébuleux-poétiques à la fois tortueux-philosophiques sur des artefacts du quotidien, des expériences esthétiques anodines, des histoires de réactions allergiques à la modernité. À la recherche d’une utopie urbaine, j’ouvre la boîte de Pandore des communautés intentionnelles, des modes de vie alternatifs, des squats et des […]

    Lire la suite
  • Moins de liberté pour plus de démocratie. Cadrer les dynamiques de participation dans les événements de co-création*

    Sébastien Proulx et Philippe Gauthier   * Ce texte découle d’une conférence prononcée dans le cadre du 7e colloque sur la participation des citoyens : La participation contre la démocratie, 30 ans plus tard. Retour sur la pensée de Jacques T. Godbout. Présenté dans le cadre du 82e Congrès de l’ACFAS à l’Université Concordia à Montréal […]

    Lire la suite
  • Qu’est-ce qui ne serait pas du design social ? Retour de STS Italia

    Le 12 juin dernier, nous présidions un colloque tenu dans le cadre de la 5e conférence de la Société italienne d’étude des sciences et des technologies, à Milan. Nous avions convié les participants à tenter de réfléchir avec nous à ce qui est aujourd’hui largement appelé le « design social ». De notre point de vue, il […]

    Lire la suite
  • L’histoire est sauve, les designers sont là. Retour, mi-Stout mi-IPA, de la conférence CUMULUS Dublin

    En novembre 2013, Dublin fut l’hôte de la conférence biannuelle de l’association CUMULUS. Ce fut une occasion de rencontrer beaucoup de chercheurs et chercheuses de grande qualité et des représentants d’établissements pleins de projets qui travaillent chacun dans leur coin et qui cherchent à échanger, serrer des mains, confronter leurs pratiques et leurs réflexions. Dublin […]

    Lire la suite
  • La vertu d’innovation. « Innovez, innovez, vous en tirerez bien quelque chose un jour ! »

    Il y a des mots qui circulent dans les conversations et les slogans, et dont on finit par perdre le sens, si tant est que nous l’ayons réellement connu un jour. C’est le cas du terme « innovation » que l’on croise de plus en plus lorsque l’on entend parler de processus aptes à apporter un changement […]

    Lire la suite
  • Comment former les professionnels de demain ?*

    Je prends comme définition ou caractérisation du design la plus générale qui ait été formulée dans ce débat*, à savoir que le design est une culture. Il s’ensuit que, comme dans toute culture,  ses « habitant-e-s » et ses « pratiquant-e-s », les designers, partagent :

    1. une vision du monde (naturel, artificiel et social) et du bien ou  mieux-vivre ensemble dans ce monde (une écologie générale); ils et elles partagent, comme disait László Moholy-Nagy, une attitude ;
    2. une façon de rendre raison (une théorie) de leur  monde ainsi que des principes régissant l’action dans ce monde (une praxéologie et une morale) et enfin, une esthétique;
    3. une anthropologie, c’est-à-dire une vision de l’être humain et de son rapport à ses deux mondes : intérieur et extérieur; plus spécifiquement, en tant que professionnels, les designers adoptent une anthropologie (implicite ou explicite) du concepteur, d’une part,  et des destinataires de leurs actes professionnels, d’autre part ;
    4. une façon de relier le dire (sur le monde) et l’agir (dans le monde),  la théorie à la pratique, c’est-à-dire une théorie de l’action et du projet ;
    5. un ensemble de critères (fonctionnels, esthétiques, éthiques, écologiques, sociaux, politiques, etc.) permettant d’évaluer leur action (une critériologie) ;
    6. un langage pour dire et des institutions pour transmettre leur culture aux générations suivantes ;
    7. une culture matérielle (outils, espaces, méthodes) et des pratiques (professionnelles) routinières ;
    8. etc., je m’arrête là.
    Lire la suite
  • Page 1 of 2